Femme seule droguée pour la baiser par un pervers sexuel

À Paris, une jeune femme monte sans méfiance dans un taxi. C’est un piège : elle est endormie par le chauffeur et emmenée dans une planque où le chauffeur et deux complices se livrent sur la jeune femme inconsciente à leurs jeux sexuels. D’abord rebelle, la jeune femme finit par y prendre goût et se laisse aller à un petit gang-bang improvisé.

Téléchargez la vidéo intégrale

Un après-midi à Paris, une rue déserte. Sur le trottoir, s’avance une jeune femme brune, vêtue d’un pantalon noir et d’une veste en laine. Elle traîne une valise à roulettes. Elle cherche un taxi : coup de chance, il y en a un garé au bord du trottoir, et libre en plus ! Elle y monte en toute confiance, d’autant plus que le chauffeur est jeune, sympathique et aimable. Elle prend place à côté du chauffeur. Elle aurait dû se méfier, c’est un faux taxi, un piège à jeunes femmes seules. Au premier feu rouge, le chauffeur plaque une serviette imbibée de chloroforme sur le visage de sa passagère qui sombre dans l’inconscient. Le taxi l’emporte jusqu’à un appartement secret où deux complices du chauffeur attendent impatiemment de se repaître de la proie du jour. Et aujourd’hui, c’est une belle prise ! Ils la couchent sur le canapé et entreprennent de la déshabiller. Nouvelle bonne surprise ! La jeune femme a de beaux seins bien fermes et surtout elle porte une petite culotte rouge fendue qui met en valeur sa jolie chatte à la touffe bien taillée. Les trois compères caressent son corps sans défense, sucent ses tétons, massent sa chatte. Quand la jeune femme émerge un peu de sa somnolence et cherche à se débattre, une bonne dose de chloroforme suffit à la replonger dans le sommeil. Toujours endormie, elle se laisse enfourner une bite dans sa bouche entrouverte et branler la chatte. Finalement, les effets du chloroforme se dissipent et la jeune femme prend pleinement conscience de ce qu’elle est en train de vivre, mais au lieu de se rebeller, elle se saisit fermement de la bite qu’elle a en bouche pour mieux la sucer, et écarte les cuisses pour ouvrir en grand le chemin de sa chatte et se faire enfiler. L’agression se transforme en une bonne partie de cul à quatre où chacun trouve son compte de plaisir.