Blonde naïve prise de force par deux agresseurs

Deux jeunes plombiers sans scrupules tendent un cynique guet-apens à une jeune cliente sans méfiance. Mais leur plan ne fonctionne pas comme prévu et ils ont recours à la violence pour assouvir leurs désirs. La jeune femme ne peut rien pour échapper à ses agresseurs.

Téléchargez la vidéo intégrale

Un tandem de plombiers malhonnêtes effectue des travaux de réparation dans la cuisine d’une cliente. D’après leurs dires, l’installation est pourrie et bonne à changer, mais on comprend vite qu’ils ont un projet que de simplement arnaquer le cliente sans méfiance et qu’ils n’en sont pas à leur coup d’essai chez de jeunes femmes seules. Leur scénario est bien rôdé. Assise dans le canapé du salon, occupée à lire un magazine, la propriétaire est une jeune femme aux longs cheveux blonds d’à peine trente ans et vêtue d’une courte jupe à fleurs qui découvre ses jambes nues. Le duo de plombiers essaie d’abord la manière douce : prenant place sur le canapé de chaque côté de la jeune femme, ils commencent par lui présenter un devis d’un montant très élevé, lui proposent aussitôt un arrangement à l’amiable. Pour se faire bien comprendre, l’un d’eux pose une main insidieuse sur le genou de la jeune femme. Elle repousse la main insolente, il insiste… Alors elle cherche à leur échapper, mais à peine a-t-elle esquissé l’intention de se lever que quatre mains énergiques la saisissent, la renversent sur le canapé. Tout va très vite : en quelques instants d’une rare violence, ils lui ôtent sa jupe, déchirent son chemisier, lacèrent son soutien-gorge et sa petite culotte blanche. La jeune femme crie, se débat comme elle peut, elle griffe même profondément le dos d’un des deux mecs. La vue du sang et cette rébellion inattendue les rend furieux et ils n’ont plus qu’une idée en tête, laver l’affront. Pendant que le plus vieux lui écarte les cuisses pour lécher sa petite chatte, l’autre se fait sucer la bite tout en malmenant sa poitrine menue. La belle blonde à la peau blanche est désormais à la merci de ses agresseurs qui lui doigtent méchamment le vagin tout en l’abreuvant d’insultes.