Je fantasme sur ma voisine mature

1 Ceci est la réalité

En effet depuis plusieurs années je rêve d’elle, depuis le jour où, de mon balcon, j’ai vu ses fesses lorsqu’elle se pencha dans sa cuisine pour attraper je ne sais quoi. Elle habite au rez-de-chaussée et moi au premier et nos 2 immeubles sont juxtaposés.

Patricia est une femme d’une quarantaine d’année vivant seule avec sa fille. Pourquoi cette femme m’attire-t-elle autant? Peut être parce qu’elle porte constamment des tenues sexy, toujours en mini jupe, collant noir et chemisier blanc. Son visage n’est pas très beau mais peu importe. Me fixant à ma fenêtre de chambre pour voir partir et revenir du boulot cette charmante voisine dont je connais les horaires, est un spectacle magnifique pour moi.

2 Ici commence la fiction

L’autre soir, je me suis posté près de son immeuble de manière à nouer contact avec elle, elle arrive enfin les bras chargés de divers dossiers, une chance de lui donner un coup de main, ce que je lui propose et ce qu’elle accepte.

lavoisine

Nous rentrons chez elle et pour me remercier elle me propose de partager l’apéritif avec elle. Nous discutons de choses et d’autres afin de faire plus ample connaissance, elle a en fait 45 ans et est , sa fille, Aurélie en a 16. Au lycée forcément, elle est partie pour le week-end chez son père. Elle me parle également des craintes sur l’éducation qu’elle donne à Aurélie. Elle a en fait trouvé des préservatifs dans son sac. Je la rassure en lui disant que c’est de son âge et qu’elle pense à se protéger.

Mon désir monte devant cette femme que je désire tant. Je m’approche d’elle, ma main se dirige sur ses collants et je commence à la caresser. Patricia se laisse faire, le fait qu’elle n’ait aucune réaction me force à continuer mais plus précisément.

Je m’agenouille et passe mes mains sous sa jupe, lui retire son collant, puis sa petite culotte, je soulève sa jupe et je commence à la lécher. Elle pousse des petits gémissements. Elle me tient la tête pour m’obliger à continuer, ce qui n’est pas pour me déplaire. Elle dégrafe un à un les boutons de son chemiser qu’elle balance à l’autre bout de la pièce. Ses seins sont emprisonnés par un soutien-gorge blanc qu’elle quitte rapidement. Je l’embrasse sur tout le corps, ma bite est vraiment très dure et c’est à ce moment qu’elle déboutonne mon jean pour libérer mon sexe qu’elle met tout de suite dans sa bouche. Une pipe magnifique, ne pouvant plus me retenir je viens une première fois dans sa bouche, elle continue à me sucer pour que je reprenne vite une taille convenable.

pipe-voisine

Quand c’est le cas, je positionne mon gland à l’entrée de son vagin et commence à la limer, plusieurs positions y passent, ses cris de jouissance sont très excitants. Elle me supplie de la prendre par derrière. Son gros cul de femme mûre est splendide, je rentre facilement dedans…
– Oh oui c’est bon encore fais-moi jouir!
– Tu aimes çà hein!

Je sens ma semence monter, je jouis sur ses seins. Ma sauce blanche l’a rendue ivre de joie
– Merci pour ce moment merveilleux Patricia.
– De rien, c’est un plaisir! La prochaine fois, c’est pour quand?

Et oui c’est pour quand ? Un jour peut-être, je réaliserai ce fantasme.